La santé connectée, Google et maladies chroniques, un éveil des consciences ?

La santé connectée, Google et maladies chroniques, un éveil des consciences ?

Ecrit par Grégoire GRUSZKA, le vendredi 10 juillet 2020 à 9h15.

Il y’a une vingtaine d’années, nous n’avions pas vraiment d’autre choix que de chercher l’information sur notre état de santé auprès de notre médecin de famille.

Au pire, je me rappelle de mes parents consultant un livre ou plutôt, un gros dictionnaire traitant de la médecine.

Bien évidement il n’y avait pas de mise à jour automatique à l’époque…

Depuis, la santé occupe une place de plus en plus prépondérante sur le web.

L’avènement de nombreux sites de santé qui offrent des réponses à de nombreuses questions ou symptômes sont légion.

Souvent décriés par les médecins, ils n’ont pourtant pas que des aspects négatifs.

Faisons un petit tour d’horizon de la place qu’a pris la santé sur internet et dans nos vies quotidiennes via les objets ultra connectés. 

Google le médecin de demain depuis hier – vraiment ?

Je crois que l’on peut sans difficulté dire que Google est devenu un médecin généraliste ou plutôt un médecin de premier recours que l’on consulte soit pour s’informer en amont d’un rdv médical, soit après coup, car le résultat de la consultation ne répond pas aux inquiétudes/attentes.

C’est d’ailleurs une façon de faire qui ne plait guère aux médecins généralistes.

Je vois souvent des blagues à ce sujet de la part d’élèves en médecine sur les réseaux sociaux.

J’ai pu constater par ma propre expérience que les médecins titulaires ne sont pas non plus adeptes des patients qui viennent les voir avec des propositions de diagnostics.

Et pourtant, j’y vois un message positif, bah je dirais presque un éveil des consciences. N’est-ce pas fantastique de voir des malades se préoccuper de leur santé ?!

N’est-ce pas le signe d’une profonde motivation et d’une bonne santé mentale ?! Bien entendu, il y a forcément des dérives puisque sur internet on trouve souvent bien pire que ce que l’on cherche.

Il faut souvent faire la part des choses et ne pas entretenir ses tendances hypocondriaques.

Et je pense qu’au final ce n’est pas que l’Ego du médecin qui est touché, ce doit être également son envie de ne pas voir son patient s’imaginer des maladies qu’il n’a pas, et par là même se créer des soucis dont il ne devrait pas se charger.

D’un autre côté, il est vrai aussi que personne ne serait ravi de voir quelqu’un venir le voir remettre en question son travail.

Alors quand on est médecin et qu’on a bûché si longtemps, la pilule est encore plus dure à avaler.

D’autant plus dure me direz-vous quand le patient arrive avec le bon diagnostic…

Les maladies chroniques et l’errance médicale

Et pourtant, pour suivre le sujet de près, je constate un nombre grandissant de malades à la recherche de réponses à leurs maux sur internet.

Avec nos modes de vies, l’alimentation, la consommation de masse, le stress et la pollution du quotidien, nous commençons à voir apparaître de plus en plus de maladies chroniques ou dites civilisationnelles.

Des maladies qui sont difficilement diagnosticables et dont l’errance des malades peut se prolonger des dizaines d’années.

Avec des patients qui parfois voient des cinquantaines de médecins, spécialistes en tout genre et autres thérapeutes.

Dans ces cas précis, il est, grâce au web presque facile de trouver de l’information pour abréger ses souffrances et se tourner vers les bons spécialistes.

Il m’arrive souvent de voir des témoignages sur SociaLyme de personnes qui ont cherchées pendant plus de 10 parfois 20 ans la maladie dont ils souffrent.

Et c’est souvent grâce aux moteurs de recherche qu’ils trouvent leur salut.

En entrant les symptômes, parfois certaines manifestations de la maladie si bénignes qu’elles ne sont pas prises en compte par les médecins, ils trouvent des pistes nouvelles à explorer.

Et ce, d’autant plus que ces maladies chroniques se manifestent souvent par tout un panel de symptômes divers et variés qui sortent du traditionnel « découpage » médical qui traite encore souvent le corps comme un assemblage d’organes différents (le cœur, le système digestif, la peau, les nerfs, etc.) et non comme un système à considérer dans son ensemble.

Google permet d’avoir cette vision globale. Il s’agit donc d’un outil qui peut débloquer des vies presque anéanties par la maladie et la souffrance.

Ce n’est à mon sens que le début, et un point qui est pour moi essentiel puisque je souhaite personnellement faciliter l’accès à l’information sur les maladies émergentes via internet.

Pourquoi ? Parce que j’ai tout simplement moi-même vécu cette situation.

Et j’ai voulu épargner du temps et de l’énergie aux personnes dans ce cas en mettant à leur disposition toutes les informations que j’ai pu compiler ces dernières années.

La santé connectée, la prévention de demain ?

Le web est donc une chose fantastique pour les malades, mais ce n’est pas tout ! Avec l’arrivé de nombreux outils connectés, on passe un cap vers quelque chose de plus grand.

On arrive à dépister et prévenir, ce qui semble être le futur de la médecine.

Même si le proverbe « mieux vaut prévenir plutôt que guérir » est vieux comme le monde et apparait déjà dans l’Ayurvéda…

Ainsi fleurit le marché des montres connectés, des tensiomètres connectés, des électrocardiogrammes domestiques et des applications en tout genre pour surveiller sa santé, son hydratation, son activité physique, son alimentation et j’en passe.

Il ne faut bien évidemment pas tomber dans le piège de la paranoïa et ne penser qu’à vérifier et mesurer sans cesse.

Mais dans le cas de malades qui doivent suivre de près des informations aussi cruciales que leur tension, leur rythme cardiaque et autres paramètres, il s’agit d’une révolution.

Cela permet par exemple, d’être en contact instantané avec son cardiologue et faire gagner un temps précieux au malade mais aussi au médecin qui peut réagir immédiatement à distance.

Imaginons l’impact sur le désengorgement des salles de cardiologies et des urgences !!!

Par ailleurs, il arrive régulièrement que des montres connectées toutes simples sauvent des vies.

N’est-ce pas fantastique que de voir la technologie préserver ce qu’il y a de plus cher en ce monde, la vie ?

Un peu de philosophie pour finir

L’ère d’internet et de la connectivité est tout simplement bénéfique pour les malades en quête de réponses, mais aussi une avancée majeure pour les professionnels de la santé.

Elle permet d’instaurer un échange constructif, parfois dans la difficulté mais la transition ne se fait jamais sans douleur.

La communication entre patient et médecin reste cependant un élément clé car a la fin nous ne sommes pas des machines.

Et c’est seulement en instaurant un climat de confiance et de respect que l’on pourra tirer le maximum des possibilités que nous offre la technologie du 21ème siècle.

Grégoire GRUSZKA :

Son site web : www.SociaLyme.com

Son LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/gruszkagregoire/

0 0 0 0

BekBek

Je suis Bekir YILDIRIM. Blogueur chevronné, j'écris et partage des articles ainsi que des communiqués de presse dans le web et le webmarketing. Je suis aussi un passionné en Community Management et j'exerce le métier de Community Manager par passion depuis 8 ans.

Laisser un commentaire